jeudi 7 mars 2019

Haro sur l'omerta dans l'Eglise

Mardi soir j'étais de ce 1,48 million de personnes qui ont regardé "Religieuses abusées, l'autre scandale de l’Église"*. A une heure de grande écoute Arte diffusait ce 5 mars un documentaire effrayant sur les religieuses abusées, résultat de deux ans d'enquête en France et dans différents pays.

Quelques articles et commentaires lus auparavant m'avaient avertie d'un documentaire difficilement supportable. J'en suis quand même sortie effrayée et blessée, "sidérée, hébétée" pour reprendre les mots de Sœur Véronique Margron**. Les mots ne sont pas trop forts.

Oui, insoutenables les témoignages recueillis. Ces femmes, religieuses, abusées sexuellement par des prêtres, pendant des années, en toute impunité. Et parfois avec la complicité de leurs supérieures. Et s'il leur arrive d'être enceintes c'est soit le renvoi discret soit l'avortement forcé. Quand on connaît la position de l’Église sur l'avortement cela s'ajoute à l'horreur. Il arrive aussi que des Instituts soient très dépendants matériellement et financièrement d'évêques ce qui conduit parfois à une forme de prostitution, d'esclavage sexuel...  

Quelle force avait donc cette emprise de soi disant accompagnateurs spirituels pour que ces femmes ne trouvent pas la force, la liberté de les quitter ? L'une des témoins parle d'hypnose...
Quelle formation ces femmes ont-elles reçue pour ne pas dénoncer par peur de blesser, pour subir ces sévices comme épreuve de leur vocation et de leur chasteté, pour ne pas se révolter sous couvert d'obéissance ?
Comment ces hommes pouvaient-ils en conscience être ministres des sacrements et violeurs, allant jusqu'à donner un sacrement moyennant contrepartie sexuelle ?
Pourquoi ce déni de l’Église face aux plaintes répétées depuis de nombreuses années ? Que vaut la parole des victimes dans une Église qui prêche l'attention et le soutien au pauvre, au petit, à l'humilié, au prisonnier ?...
Qu'est-ce que la femme, qu'est-ce que le corps de la femme pour ces hommes pervers, qui plus est hommes d’Église ?
Oui ces témoignages sont bouleversants et posent d'innombrables questions.

Douloureux constat auquel les religieux/religieuses veulent délibérément faire face et en premier lieu tout faire pour que les victimes puissent parler et être entendues, qu'elles soient accompagnées. Favoriser une formation ouverte et plurielle dans les séminaires et les noviciats avec une vraie éducation à la liberté. Être vigilants sur ce qui peut être abus de pouvoir, abus spirituel qui sont une porte ouverte sur les abus sexuels.

Que de vies brisées et de souffrances. Plus jamais ça ! Ensemble et en Église menons ce combat.



* Ce documentaire est disponible en replay sur Arte jusqu'à début mai 2019
** Sœur Véronique Margron, Présidente de la COnférence des Religieux et REligieuses de France (CORREF)


mardi 8 janvier 2019

"Pars... vers le pays que je t'indiquerai"*

C'était le jour de Noël. Nous venions de passer un beau moment de fraternité autour de la table, nous, religieuses des quatre petites communautés du Sud Vendée, venues rejoindre, à leur invitation, nos aînées de Fontenay. Joyeux repas où chacune avait apporté sa contribution, de la déco au dessert en passant par tous les plats sans oublier vin et apéritif. Avant que nous ne nous séparions je devais donner une information... pas trop réjouissante. Essayant de maîtriser mon émotion j'annonçais donc le départ de deux sœurs de cette communauté, sœur Madeleine et sœur Marie-Geneviève, pour l'EHPAD de l'Épiardière (à Mormaison).

 
Avec émotion disais-je. Ce sont deux sœurs de 96 et 86 ans qui n'ont jamais quitté Fontenay ou si peu pour l'une d'elles. C'est un dépaysement total pour elles, dont j'ai pleinement conscience. Dépaysement du lieu et des sœurs si peu connues avec lesquelles elles vont désormais faire communauté. C'est aussi une entrée en EHPAD... J'ai conscience de tout ce que cela veut dire, du renoncement auquel elles sont appelées et donc auquel je suis appelée, auquel nous sommes d'ailleurs tous appelés. Pour elles c'est l'aboutissement d'un cheminement spirituel à la suite de la proposition qui leur a été faite, le fruit d'une foi profonde et d'une grande disponibilité, l'accueil de leur vieillissement.

Je ne parlerai pas ici d'obéissance, ce mot est trop souvent mal compris. Je parlerai plutôt de disponibilité, d'abandon, d'accueil de l'événement reconnu comme signe de Dieu. "Les événements sont nos maîtres" aime à répéter sœur Madeleine à la suite de St Vincent de Paul.

Bien sûr rien d'exceptionnel dans cette situation. Combien de nos anciens doivent faire un passage semblable. Leur chemin d'acceptation n'en est pas moins un beau témoignage tant pour nous, religieuses, que pour les laïcs, leurs amis avec qui elles partageront cette expérience.

Madeleine, Marie-Geneviève votre témoignage nous édifie, dans tout le sens du terme : il nous fait grandir, il nous aide à grandir. Nous vous en sommes profondément reconnaissantes. Et je vous souhaite de vous habituer rapidement à l'Épiardière, d'y vivre en grande paix et sérénité, cette paix qui déjà vous habite.


* Livre de la Genèse, chapitre 12, verset 1