dimanche 4 août 2013

Apprivoise-moi

Comme certains rentrent des JMJ, moi je rentre de Chapitre. Trois semaines aussi, même durée, même période (enfin presque). Je ne reviens pas sur ce qu'est un Chapitre, je l'ai déjà bien expliqué dans des billets précédents, mais quelques impressions, après coup, quand ça commence à décanter.

J'y allais de bon cœur, même si la durée me faisait un peu peur, avec confiance et espérance, heureuse de l'expérience que j'allais vivre et reconnaissante de la confiance qui m'était faite, car un Chapitre c'est aussi une responsabilité face à la Congrégation.

"Apprivoise-moi"
Et puis un Chapitre je savais ce que c'est, j'en avais déjà vécu plusieurs, même si celui-ci était quand même différent des autres de par ma situation dans la Congrégation. Justement j'allais vivre ça comme un temps de connaissance de la Congrégation et des Sœurs, et en particulier celles des autres pays. Donc tout allait bien, l’aventure pouvait commencer. Mais voilà... très vite je me suis rendu compte qu'il ne suffisait pas de multiplier par trois le nombre de jours et le nombre de Sœurs, mais qu'il y avait un dépaysement beaucoup plus profond. Très vite je me suis rendu compte qu'il me manquait une expérience de la Congrégation, une connaissance intérieure faite de l’enracinement dans la durée, et que je ne suivais pas aussi bien que je l'avais pensé...  pas à la hauteur, quoi.  Tentation de baisser les bras et de laisser filer. J'ai changé mon fusil d'épaule, passant d'une participation que j’ambitionnais constructive-visible à une participation de fondation, plus effacée. Et puis on m'avait demandé un service, en lien avec quelques compétences, alors j'ai mis tout mon cœur à le faire de mon mieux. Ça décape un peu et ça remet des choses en place.

Donc trois semaines pour relire les six dernières années, élire une supérieure générale et son conseil et se donner un projet pour les six années à venir. Tout cela préparé en amont depuis plus d'un an par toutes les Sœurs  de la Congrégation et repris dans nos travaux de groupes et/ou d'assemblée. Groupes variés : imposés, sur place avec les voisines, par âge, par pays, par choix de thème. Avec nous, pendant ces trois semaines, pour accompagner notre réflexion, une animatrice et un prêtre du diocèse, et un Jésuite pour le temps de discernement précédant les élections. Leur présence, chacun dans son rôle, nous a été précieuse.

Au milieu du parcours il y eu l'élection de la Supérieure générale et de son conseil au terme de deux jours de discernement et de prière.C'est une Sœur de Madagascar qui a été élue. C'est drôle comme cette année le Saint Esprit a un penchant pour le Sud... Pour une Congrégation fortement enracinée depuis deux siècles dans le diocèse de Luçon et dans le peuple de Vendée, qui a su et eu l'audace de s'ouvrir à d'autres pays cette élection est encore un signe d'ouverture, de partage et de désappropriation.

 De cette expérience je garde aussi le bonheur d'avoir rencontré des Sœurs d'autres pays, d'avoir découvert leur jeunesse et leur dynamisme, d'avoir pris conscience de leur nombre et de leurs compétences. De même pour les associés : leur nombre et leur dynamisme. Ça fait tomber quelques préjugés plus ou moins conscients.

Un Chapitre c'est un vaste chantier. Il est saisissant de voir comment les idées, les propositions, les points de vue différents, les discussions entre nous, en groupes ou en assemblée, avec les associés les premiers jours, arrivent à prendre forme dans un texte global, accepté par toutes, qui soit dynamisme de vie et de mission pour toutes pour les six années à venir. Cela ne peut être que le fruit du travail de l’Esprit (et du nôtre un peu quand même !), de la prière des uns et des autres.


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Laisser un commentaire et sélectionner un compte ou "Anonyme"