dimanche 24 août 2014

Divorcés, ils se sont remariés

Ils se sont rencontrés... ils se sont aimés... ils ont voulu se marier. Et là ça coince un peu car ils sont tous les deux divorcés. Se remarier à la mairie, ça va encore, mais pour ce qui est du "passage" à l'église c'est beaucoup plus compliqué, même impossible... enfin à voir...


Le remariage des divorcés est une question difficile et douloureuse dans l'église catholique. Pour faire court tout le monde sait qu'ils n'ont pas droit à un nouveau sacrement et ils vivent cela comme un rejet et un échec supplémentaire à ce qu'il perçoivent déjà comme un échec de leur couple. Cela occasionne moult critiques vis-à-vis de l’Église et beaucoup de souffrance.

Micheline et Denis sont de ceux-là et ils ont fait le pas, hier, en s'engageant l'un envers l'autre dans le mariage. Mariage civil. Mais au nom de leur foi ils souhaitaient inscrire cet engagement dans leur chemin de foi. Leur chemin ensemble depuis une bonne dizaine d'années est un chemin douloureux de recherche entre rejet, culpabilisation, révolte contre la position de l’Église en même temps que confiance en une possible évolution. Chemin cahoteux et confiant tout à la fois. Chemin de rencontres, d'ouverture, de dialogue, de remise en cause.

Alors samedi ils ont voulu qu'on prie avec eux et pour eux avant d'aller à la mairie.
Soyons clairs. Ce n'était pas une messe ni même une bénédiction comme on l'entend pour des célébrations de mariage, il n'y a pas eu de sacrement. Mais on a prié ensemble avec un prêtre et une belle assemblée d'amis. Des chants, un beau texte de Martin Gray, un passage d'évangile, une prière universelle, un Notre Père. Les mariés dans leur mot d'accueil, puis le prêtre dans son homélie ont bien situé la démarche : prier ensemble, confier au Père l'amour de Micheline et Denis, rendre grâce pour le rude chemin déjà fait ensemble et celui qu'ils vont continuer.

Et on ne s'y trompe pas. Quelques signes confirmaient la différence avec un mariage à l'église, selon la formule consacrée :
  • chronologiquement, et c'est important, ce temps de prière était avant le mariage à la mairie (alors que pour un mariage religieux il faut d'abord passer par la mairie),
  • le prêtre était en aube mais sans étole, il ne se tenait ni à l'autel ni au siège de présidence,
  • la mariée portait un simple et très sobre tailleur blanc et n'a revêtu une robe de mariée qu'à la sortie de la mairie.
Des détails ? Pas seulement. Ils ne sont pas passés inaperçus et ils étaient bien réfléchis. C'est cela qui fait la différence. Alors, qu'est-ce qui peut empêcher des chrétiens de prier ensemble ?

Dans certaines paroisses l'animation de ce temps de prière est confié à des laïcs. Je me réjouis que ce soit un prêtre qui l'ait assuré ici. Cela dit quelque chose de l'ouverture et de l'accueil de l’Église, de l'attention du clergé local à cette question.
 
A l'automne prochain, du 5 au 19 octobre, doit se tenir à Rome le Synode des évêques sur la famille. Cette question des divorcés-remariés est à l'ordre du jour. Les attentes sont fortes pour que l’Église continue l'ouverture amorcée par le Pape François, y compris dans ce domaine. "Nous devons écouter  la douleur de l'échec...  il faut accompagner et non pas condamner ceux qui connaissent l’échec de leur propre amour... marcher de l'avant avec eux" dit le Pape François.

Chaque situation est à prendre en compte pour elle-même. Chaque couple a son histoire, son chemin, ses chutes et ses espérances, sa vie de foi. Il ne s'agit pas de galvauder le sacrement du mariage, mais d'accueillir ceux qui ont été blessés par un échec et ne pas les rejeter de l’Église.

J'ai été heureuse de participer à ce temps de prière avec Micheline, Denis et leurs amis. Heureuse qu'ils se sentent accueillis dans l’Église, souhaitant qu'ils y trouvent leur heureuse place, et que cela se passe dans ma paroisse. Heureuse de ce germe d'espérance. Leur route continue, de même que la recherche de solutions qui s'appuient sur la miséricorde de Dieu. Amis divorcés-remariés, gardez confiance ! 


NB - Un grand nombre d'articles sont parus sur ce sujet dernièrement, ci-dessous quelques uns des derniers publiés dans La Croix :
- L'accueil des divorcés-remariés, le casse-tête des cardinaux pendant le consistoire (23-02-2014)
- Le Pape invite à ne pas "condamner" lorsque l'amour échoue (28-02-2014)
- Divorcés-remariés, les 5 conditions du Cardinal Kasper (03-03-2014)
- Divorcés-remariés, le cardinal Müller défend la doctrine (31-07-2014)
- Document de préparation du Synode sur la famille, et questionnaire (04-11-2013)
- "Divorcés remariés, la chance de Marie-Madeleine". Marcel Metzger, ancien directeur de l'Institut de droit canonique à Strasbourg (19-08-2014)

Voir aussi :
- Dossier du Synode sur la famille, sur le site de l’Église de France 

1 commentaire:

  1. Vous relatez une expérience "positive". En décalage avec la doctrine vaticane.Vous concluez par une exhortation personnelle, certainement excellente, mais voeu pieu assurément.
    La doctrine vaticane de l'indissolubilité juridique (puisqu'elle pourrait être levée par une acte juridique interne au vatican) ne tient pas la route au XXIème siècle. Le "mariage bourgeois" a vécu (on ne divorce pas mais chacun sa vie et ses relations affectives... Ainsi on peut encore "approcher de la sainte table"... l'hypocrisie a gain de cause en hauts lieux...), au profit du mariage authentique, n'étant plus fondé sur des intérêts patrimoniaux, mais fondé sur un amour avec désir de pérennité, ... Mais la vie en décide parfois bien autrement.... en on peut être pantois devant l'exigence vaticane du "repentir" de l'échec de la 1ère union.... comme si ce n'était pas déjà une désolation pour chaque couple "d'en être arrivé là", il faut en plus qu'ils soient pécheurs gravissimes devant l'Éternel....
    Ne pas séparer "ce que dieu a uni" ? Admettons... Mais qu'est-ce que dieu a uni ??
    Les époux "se donnent le sacrement" dit le vatican. En présence de dieu ? sans doute... il est partout... On peut imaginer sans guère se tromper le nombre de fois ou dieu doit s'écrier : hého ! Madame, Monsieur, vous être sûrs de pas faire erreur de casting ? Vous être certain que c'est pas un petite fille en recherche de son papa qui veut se marier ? (ou toutes autres cas de figure que les psys - ces galeux...- ont bien identifiés....)
    Alors hein ! Faudrait que le vatican commence par balayer devant sa porte.... Et cesse de se croire détenteur exclusif des paroles de dieu gravées dans le marbre des bâtiments du vatican...
    (je précise je suis marié depuis + de 40 ans.... avec la même personne.... et que nous avons été thérapeutes de couples - [retraités actuellement]-)

    Cela dit, j'ai apprécié votre texte et votre espérance.... Que.... j'aimerais partager, pour le bonheur des couples....

    RépondreSupprimer

Laisser un commentaire et sélectionner un compte ou "Anonyme"