lundi 30 janvier 2012

Un vent de Russie a soufflé

Je ne veux pas parler ici de la météo et de la neige qui tombe chez nous... même si c'est un événement, mais de la Folle Journée qui était cette année sur le thème de la musique Russe de 1870 à nos jours.

Avant de se déployer dans sa ville natale, pour la 18e fois,  la Folle Journée s'est tenue ce week-end en région Ouest. Trois jours du répertoire Russe, de Rimsky-Korsakov à  Chostokovitch.

Je ne reviendrai pas sur la genèse de cette aventure lancée par René Martin il y a 18 ans (si besoin est faites un petit tour par ici), mais simplement sur la chance qui nous est offerte, le temps de quelques heures, de (re)découvrir et goûter une fois encore la beauté de cette musique et de ces chants, aux tons chauds et émouvants, interprétés par des artistes de talents, professionnels et amateurs, parfois avec la participation des élèves de l'école de musique.

Un enchantement. Un programme alléchant. Si alléchant que certaines représentations ont été prises d'assaut et les billets écoulés en 48 h !

Pour ma part je n'ai assisté qu'à L'Histoire du soldat (musique de Stravinsky et texte de Ramuz) et au concert donné par le Chœur du Patriarcat russe de Moscou.

Si l'Histoire du soldat est écrite pour 3 acteurs, samedi c'était le même conteur qui interprétait les 3 personnages (le soldat, le diable et le narrateur) avec une diction parfaite et une gestuelle simple mais suffisante pour passer d'un personnage à l'autre. La part des musiciens était également remarquablement interprétée, avec une complicité entre eux et le conteur. Et puis c'est un conte, alors après il laisse place à la réflexion....

Quant au Chœur du Patriarcat russe de Moscou il a fait salle église comble (à Fontenay comme ailleurs). Douze hommes (plus le chef de chœur) à la voix chaude et maîtrisée, tantôt éclatante à faire trembler les voûtes de l'église, tantôt douce et légère comme un souffle. Il a magistralement interprété quelques grandes liturgies orthodoxes et chants populaires russes, du XVIe au XIXe siècles. Et standing ovation finale très méritée !

Une merveille cette musique russe porteuse de l'"âme russe" et qui nous enchante toujours.

 
Et, pour rester dans le domaine de la musique, prochain grand spectacle chez nous :


Fondé en 1983 par Anatoly Grindenko, le Chœur du Patriarcat russe de Moscou se compose de 12 à 13 chanteurs, tous éminents chercheurs passionnés par le répertoire russe pour voix d'hommes, de la musique religieuse à celle des dernières années du régime soviétique. Marquant une vraie renaissance musicologique et expressive de l'orthodoxie, ces interprétations font passer un souffle vibrant sur l'auditoire. Expérience spirituelle et émotionnelle.

Diplômé du Conservatoire de Moscou, Anatoly Grindenko, interprète de viole de gambe dans le prestigieux trio baroque Orpharyon, fonde le Chœur du Patriarcat de Moscou et dirige les chœurs de nombreux monastères. Érudit actif, artiste créatif, il initie des concerts a cappella ou avec orchestre et dirige des master classes.

3 commentaires:

  1. J'ai passé la journée à chercher un bon blog sur le sujet. Qu'est ce qu'il y a comme blogs nuls et moches. Et là je suis vraiment bien tombée sur le votre .......... alors je vous le dis tout net : très très bon votre blog. Enfin quelque chose de bien sur ce sujet. Continuez comme ça, parce que moi je suis votre flux dès aujourd'hui, vous m'avez conquise ;-)!

    RépondreSupprimer
  2. Quel honneur ! Merci chère Madame (il me semble que c'est Madame ;-)) pour votre appréciation et vos encouragements...
    Pour être honnête avec mes amis blogueurs je vous signale qu'il y a quand même quelques bons blogs sur la toile. Allez voir par exemple ceux de la liste ci-contre.

    RépondreSupprimer

Laisser un commentaire et sélectionner un compte ou "Anonyme"