samedi 7 juillet 2012

In real life

C'était donc hier soir notre première rencontre dans la vraie vie des blogueurs et twittos de l'Ouest. Pour la genèse de l'histoire, voir mon précédent billet : De l'url à l'irl.

Pour ceux qui avaient mis leur vraie photo sur leurs profils, les retrouvailles ont été faciles. Par contre pour les autres c'était LA révélation. Et quelques hésitations.

Photo s.u.père François B.
Premier gag le café qui devait nous accueillir n'existe pas plus. Enfin, pas tout à fait, il est complètement fermé, sans même un nom ni une enseigne. Pas de souci, on va à côté et en bon twittos on tweete ça aux autres qui ne vont pas tarder à arriver. RDV au Grand Café juste à côté. Les premiers arrivés s'installent et se découvrent. Nouveaux tweets :
- zetes ouuuuuuu ??
- lève le nez, on est devant toi

Présentations : pseudo, vrai nom, nom de blog le cas échéant, et tu fais quoi dans la vraie vie, pourquoi tu blogues, pourquoi tu tweetes... et Facebook ? Ah tiens, Facebook... et voilà Yoann parti pour nous détailler les innombrables et irréversibles dangers de Facebook... Comme si on ne savait pas ! C'est quand même pas à nous, geeks et quasi-geeks, qu'il va apprendre ça ! Primo on le sait, secundo on gère bien nos profils et nos confidentialités et tertio t'exagères pas un peu Yoann ?

A voir les regards plutôt insistants et interloqués de certains de nos voisins de table on a dû passer pour des accros complètement irrécupérables. Faut dire aussi que 10 autour d'une table, avec presque autant d'iphones-smartphones posés dessus et en service, et des conversations très orientées, ça pouvait intriguer. Sans parler de notre banderole de ralliement quelque peu hétéroclite et pas vraiment compréhensible par n'importe qui. Ben oui, FASM, on n'a pas trouvé mieux que de se référer aux parisiens, mais en la personnalisant quand même : FASMO (FASM Ouest). Éventuellement pour le lecteur novice en la matière, voir la présentation de la FASM sur son propre site.

On s'est quittés à la limite d'hier et aujourd'hui, chacun pour son bout de route plus ou moins long. Et c'est amusant ce matin, les contacts reprennent, avec beaucoup d'humour et on sent combien chacun était heureux de rencontrer les autres amis - twittos (le vocabulaire, c'est selon...). Ce matin Twitter a un goût d'IRL.


5 commentaires:

  1. Génial! Tu peux pas savoir comme j'ai ri en le lisant!

    RépondreSupprimer
  2. On a trouvé notre chroniqueuse ;) Discrète en paroles, mais ni les yeux ni les oreilles dans la poche ! Roselyne

    RépondreSupprimer
  3. Et pour la troisième fois, je retente un commentaire qui ne veut pas s'enregistrer...
    Hier c'était sourires, rires et partages. Et c'était bien :-) La vraie vie, c'est quand même mieux et twitter n'a pas du tout la même savuer ce matin. Tu sais c'est un peu comme avant la rentrée: j'ai mes listes de classe avec les prénoms, les noms, les "renseignements" mais je n'ai ni les visages, ni les regards, ni les sourires. Rien à voir. Bises en vrai à toutes et tous, belles vacances et à la prochaine...La prochaine? François, fait que mette une date ;-) Corine Marbeuf

    RépondreSupprimer
  4. ah comme ça ça marche, chouette...mais avec des fautes..."saveur, faut qu'on mette"...tout le monde l'aura compris: il y a de l'émotion, oui, c'est juste ça, il y a de l'émotion, du sentiment, des couleurs quoi, quand on parle du vrai ;-) Corine

    RépondreSupprimer
  5. N'avais-je pas prédit que ce jour-là ce serait l'été ?

    Bière en terrasse(offerte : Merci @cybersister) , sourires, gaieté, partages, petit repas sympa au Grand Café. J'ai pu sentir comme un souffle de complicité (véhiculé par ces cinq anges du silence ? - private joke) circuler autour de la table ronde comme autant de tweets délaissant l'anonymat et le virtuel. Des grand(e)s twittos, des humbles blogueurs/ses, des jeunots d'étudiants aux plus expérimentés, des seniors, ... sans préjugé, ni condescendance, avec tous dans les yeux cette joie inspirée, à visages (parfois nouveaux) découverts :
    Et nous tous qui, le visage dévoilé, reflétons la gloire du Seigneur, nous sommes transfigurés en cette même image, avec une gloire toujours plus grande par le Seigneur, qui est Esprit. (2Co 3,18)

    Ouh là faut que je fasse gaffe : je commence à devenir charismatique !

    RépondreSupprimer

Laisser un commentaire et sélectionner un compte ou "Anonyme"