samedi 3 septembre 2011

D'une Congrégation à l'autre

Voilà, notre chemin s'est arrêté là. Ou plutôt non, il est arrivé à un carrefour et il s'est fondu dans un autre chemin.

Depuis le temps qu'on s'y préparait. Ce chemin, il devenait trop ardu. Nous étions désormais si peu à l'emprunter, plus personne ne nous suivait, et on finissait par s’essouffler.

Alors on a beaucoup réfléchi, prié, discerné... ça a été long, très long... des années... Certains, justement, ne comprenaient pas cette lenteur (oui, certains plus que certaines) : alors vous en êtes où ? ça y est ? c'est pas encore fait ?
Il est des décisions radicales qui ne se prennent pas à la légère, qui se mûrissent longuement dans la réflexion et la prière. Ne pas brusquer, blesser le moins possible. Donner à chacune le temps de faire son chemin, de comprendre, d'accepter...
C'est vrai, il nous a fallu des années, des tâtonnements, des changements de cap.

Au terme de notre discernement communautaire, nous avons dû nous prononcer personnellement sur le choix arrêté par les responsables. Il a fallu à chacune faire un pas décisif pour entrer dans ce dépouillement, cet abandon, ce passage dans tout son sens pascal de mort et résurrection. On sait bien que c'est pour une résurrection, pour plus de vie, comme nous aimons le dire... mais avant la Résurrection il y a la Passion et la mort.

Nous avons ensuite demandé à une autre Congrégation de nous accueillir, et il lui a fallu à son tour réfléchir, prier, discerner. Pour nous, encore un temps d'attente, d'abandon dans la disponibilité...
Et avec beaucoup de fraternité elles ont accepté de nous accueillir dans leur famille religieuse. Beaucoup de délicatesse dans les écrits et les paroles des responsables pour nous accueillir et nous aider à poursuivre le chemin commencé, le continuer avec elles.

Enfin, depuis le premier juillet, nous avons l'accord de l’Église pour continuer notre vie religieuse dans une autre Congrégation. Concrètement, en termes stricts de droit canonique, cela s'appelle une fusion, et cela  veut dire que notre Congrégation n'existe plus et que nous devenons membres de la Congrégation qui nous accueille. Voilà le passage, la mort, pour une vie autre et ailleurs.

Et maintenant c'est une autre aventure qui s'ouvre à nous, avec d'autres Sœurs pour compagnes, sur la même route, à la suite du Christ, au service de la mission de l’Église.

Je voudrais aussi rendre hommage à ceux qui nous ont accompagnées au long de ces années. Accompagnement humain, spirituel, à la manière du Christ sur la route d'Emmaüs, nous aidant à relire notre histoire pour en tirer toute la richesse et l'offrir à celles qui nous accueilleront... nous faisant entrer dans une attitude spirituelle à la fois d'offrande, d'abandon et d'accueil. Yves, désormais évêque, Jacques, désormais en responsabilité nationale dans l’Église de France, Henri et Marcel proches de nous sur le terrain, Michel le canoniste...  pour n'en citer que quelques uns, les plus au coude à coude sur ce chemin. Qu'ils soient assurés de toute notre reconnaissance, et la mienne en particulier.

Ces jours-ci cela sera annoncé officiellement dans le diocèse. Un peu plus tard nous aurons une célébration pour marquer cet événement, notre entrée dans une nouvelle Congrégation. Même si nous ne sommes pas nombreuses, c'est un événement d’Église, un événement qui ne laissera pas non plus  indifférente la société, la ville de Fontenay où nous sommes présentes et où nous œuvrons depuis plus de 300 ans auprès des enfants, des jeunes et des malades en particulier.

Un nouveau chemin s'ouvre à nous pour servir nos Églises, et en particulier l’Église de Luçon. Nous confions tout cela à votre prière.

6 commentaires:

  1. Merci aux soeurs de l'UC pour tout ce que vous avez fait dans la paroisse et ce que vous continuerez de faire avec la communauté qui vous accueille, longtemps nous parlerons de vous, car à Fontenay chacun à une histoire personnelle avec l'une d'entre vous. Bonne route. FB

    RépondreSupprimer
  2. Belle et bonne suite de route à toi et à tes soeurs !

    RépondreSupprimer
  3. Oui, bonne route sur ce nouveau chemin!

    RépondreSupprimer
  4. marie-france dauce5 septembre 2011 à 14:26

    l'Union Chrétienne à Fontenay...une institution!!! Et il nous est difficile d'imaginer qu'elle disparaisse!!!
    j'ai toujours aimé ce lieu paisible et beau, ouvert aux autres...union chrétienne...union des chrétiens...ça ne résonne pas "sectaire". Merci aux soeurs pour leur ouverture au monde

    RépondreSupprimer
  5. Il était un fleuve jailli du côté droit du Temple...Avec et comme beaucoup d'autres, j'y ai fait mes premiers pas ; je suis avancée un peu plus loin, j'avais de l'eau jusqu'au genoux, puis encore un peu plus loin et je commençais à avoir peur de perdre pied...j'ai commencé à entrevoir que l'eau jaillissait d'un Temple Vivant, le Coeur Ouvert de Celui qui nous aime le premier... Puis j'ai perdu pied et le fleuve m'a portée...Ce fleuve que je croyais de couleur uniforme prend des teintes de plus en plus nombreuses, brille de mille et mille éclats sous le regard du Soleil : ces teintes ont des visages, tous les ami(e)s du Coeur de Jésus depuis l'Aurore des Temps... Ce fleuve aux multiples bras n'est pas d'un pays, ne connaît pas de frontières, n'est d'aucune propriété privée... Sur chacune de ses rives , croissent toutes sortes d'arbres fruitiers dont le feuillage ne flétrira pas et dont les fruits ne cesseront pas : chaque mois ils produiront des fruits nouveaux, fruits qui sont une nourriture et leurs feuilles un remède...
    Cette belle Parole de Dieu, qui inspire ce texte bien limité pour dire ce qui est éveillé en moi, est tiré du livre d'Ezechiel au chapitre 47.
    Par là je voudrais répondre à Cybersister de la web attitude, par la vision qui m'habite. Elle rejoint le bras du fleuve où nous sommes déjà, un bras qui traverse l'Eglise en Vendée...Ensemble "nous allons porter Celui qui nous porte" et ensemble nous allons cueillir les fruits qu'Il produit, guérir avec les feuilles qu'Il nous donne les blessures de celles et ceux qui sont sur nos routes ... Ensemble, parce que nous avons fait le pari qu'Il allait s'engouffrer dans nos faiblesses , nous lui donnerons l'occasion d'opérer aujourd'hui, là où nous sommes, ses merveilles. Merci pour ta venue, merci pour ta présence avec tout ce qui vit en toi...Nous serons deux bloggeuses peut-être blagueuses ! "Amour et humour se rencontrent" (ps 153)

    RépondreSupprimer
  6. Merci Eliane... Faudra que je t'apprenne à manier le blog et les commentaires ! Ca m'a l'air pas tout à fait au point ;-)

    RépondreSupprimer

Laisser un commentaire et sélectionner un compte ou "Anonyme"