vendredi 7 octobre 2011

30 ans déjà... 30 ans seulement...

De quoi veux-je parler ?

Des 30 ans de Radio Notre-Dame ? Non, pas vraiment. J'avoue que je ne me sens pas trop concernée. Radio Notre-Dame, en Vendée c'est pas ça. Par contre les 20 ans de RCF Vendée, faudra pas louper (pub anticipée, ce sera le 13 mai 2012).

Ça ne fait pas 30 ans, mais dans l'actu intéressante il y a aussi la disparition de Steeve Jobs (incontournable quand on se prétend webmachin) et aussi le(s) Nobel(s).

Non, j'opte pour les trente ans de l'abolition de la peine de mort, que par flemme j'appellerai désormais dans ce billet APM.

30 ans déjà... Oui, pour les vieux de ma génération, 30 ans c'était hier. Évidemment, pour les moins de trente ans, c'est autre chose. Mais quand même, les jeunes, reconnaissez que 30 ans ce n'est pas grand chose au regard de l'Histoire (avec un grand H).


30 ans seulement... Hé bien oui, justement, qu'est-ce que 30 ans, surtout quand on veut parler de la disparition (en France) du supplice suprême qu'est la peine de mort. Trente ans, je viens de le dire, ce n'est rien (pardon les jeunes). Trente ans seulement que la France, pays hautement civilisé, fier de ses progrès et de son image, a osé dire non à la peine de mort ! 30 ans seulement... il a fallu tout ce temps avant pour arriver à cela : ne plus tuer par condamnation de justice !

Et pour cela je ne me réfère qu'à deux quotidiens, ceux auxquels je suis abonnée (re-pub au passage) et qui ont largement traité la question, à leur manière, ce qui est intéressant car complémentaire : Ouest-France et la Croix1. Chacun y consacre au moins 3 pleines pages. Les 3 premières pour OF + la une + la der + des pages locales + la page Cultures (livres, films, BD, chanson). En fait, un numéro spécial : 30e anniversaire de l'APM pour Ouest-France qui affiche clairement son combat : Depuis 50 ans Ouest-France s'engage pour l'abolition.

Et en même temps on ne peut que constater quelques réticences. Pourquoi les Français, pourquoi des chrétiens même, ont-ils été si longs et si réticents à l'APM ? Pourquoi cela demeure-t-il parfois à la limite du sujet tabou ? Et je ne donnerai comme exemple que le commentaire de Marie-France sur le Blog du Curé de Fontenay à l'occasion de la nuit des veilleurs 2011. Comment comprendre ces hésitations, ces réticences, cette frilosité d'une part, et la volonté, la ténacité et l'engagement d'autre part pour faire reculer cette condamnation ? Je ne sais plus quel responsable chrétien a dit qu'il était du devoir d'un chrétien d'être contre la peine de mort, ça va de soi, c'est inhérent à la condition même de chrétien.

 L'APM est une avancée majeure de l'humanisation de la société dit Thierry Machefert. On nous dit aussi que la peine de mort recule dans le monde depuis 20 ans, que 96 pays (seulement) l'ont abolie, mais que 582 (quand même) la conservent encore...

On apprend aussi que "la guillotine ne dissuade pas", alors que c'est (c'était) souvent un argument en faveur de la peine de mort, la sanction exemple. "Aucun meurtrier ne pense au préalable à ce qu'il risque". Et depuis 1985, et surtout 1995,  le nombre d'homicides ne cesse de baisser3

30 ans seulement... et depuis combien de temps en discussion ? Depuis 1791, pour les débats officiels, mais on parle de Césare Beccaria qui a ouvert la voie dès 1764. Plus de deux siècles de débats, parlementaires et autres !

Voilà, rien qu'avec ces deux quotidiens il y a de la lecture, de quoi réfléchir à la question, approfondir grâce aux références et aux pistes bibliographiques jointes. Un beau témoignage de la ténacité et de la persévérance des défenseurs de l'APM.

Remarque/Question subsidiaire : que Ouest France ne parle QUE d'Amnesty International... je peux comprendre, mais que La Croix ne fasse qu'une allusion (photo légendée) à l'ACAT4 et donne la parole à Geneviève Garrigos (présidencte d'Amnesty International France) pour une pleine page d'entretien... je comprends moins... Ceci n'enlève rien à Geneviève Garrigos !

J'emprunte à François-Régis Hutin la conclusion :

Ce qui fonde essentiellement notre refus de voir appliquer un tel châtiment, c'est une conviction : 
en chaque personne, il est au fond d'elle-même une petite veilleuse qui luit plus ou moins faiblement.
C'est cela qui fait de chaucn de nous un être humain. 
Nous ne savons peut-être pas exactement ce que c'est, 
mais nous pensons que cette lumière, si faible puisse-t-elle être, est la source de notre humanité. 
Nous estimons que nul ne peut se permettre de l'éteindre.

(Ouest-France, 7 octobre 2011, éditorial)

----------------

1- Ouest France, vendredi 7 octobre 2011 et La Croix, samedi 8, dimanche 9 octobre 2011

2- OK le compte n'est pas bon. Les chiffres c'est parfois difficile à faire parler. Ça fait 154, et ailleurs on parle de 197 pays, cherchez l'erreur...

3- C'est drôle à entendre les infos je n'avais pas tout à fait cette impression.

4- Action des Chrétiens pour l'Abolition de la Torture


2 commentaires:

  1. Corine, elle voudrait bien mettre un commentaire mais elle n'y arrive pas... S'il y en a d'autres dans ce cas, contactez-moi... (voir en bas à droite).
    Précision : il faut choisir un profil ci-dessous. Si vous n'avez pas de compte Google, vous choisissez Anonyme. Merci.

    RépondreSupprimer
  2. Je réagis avec une semaine de retard....absente et en plus ordi OUBLIE chez moi, comment est-ce possible?????
    merci pour ton plaidoyer contre la peine de mort, pour tes commentaires et ton soutien à l'ACAT (si quelqu'un tombe sur ce commentaire tardif, je suis la Marie-France citée plus haut, 33 années d'Acat au compteur...)
    la peine de mort est inhumaine. c'est l'argument de la Coalition contre la peine de mort, pour tenter de faire interdire ce châtiment au même titre que la torture!

    Marie-France D

    RépondreSupprimer

Laisser un commentaire et sélectionner un compte ou "Anonyme"