mercredi 5 octobre 2011

Douceur du soir


Parc de La Vallée aux Loups à Chatenay-Malabry (92)


Au soir d'une folle journée, prendre le temps de m'arrêter, oser le break.

Savoir poser la souris, lever les doigts du clavier, et les yeux de l'écran.

Ne pas me laisser fasciner par l'icône qui ne cesse d'afficher avec désinvolture le nombre de mails que je n'ai pas encore ouverts. Ils attendront bien jusqu'à demain.

Ne pas répondre aux petits ronds rouges provocateurs de facebook qui me disent là aussi les messages en attente, les amis qui traînent encore sur la toile, eux aussi, à une heure tardive.

Laisser tomber pour ce soir ce qui n'est pas terminé et que je veux trop bien fignoler. 
J'ai passé trop assez de temps aujourd'hui sur l'ordi, et le web, même si ce n'est pas pour m'amuser.

Retrouver le temps qui s'écoule et qu'on sent s'écouler parce que sur l'ordi on perd le sens du temps.

Profiter des derniers moments de douceur du soir, même si la nuit vient plus vite, quand le calme se fait doucement, que les lumières de la ville et du ciel s'allument tour à tour.

Prendre un bouquin et le savourer, parce qu'un bon bouquin avec ses pages qu'on tourne et qu'on feuillette, qu'on annote, qu'on corne parfois pour les retrouver plus vite (ça je le fais pas) ça fait du bien après une journée d'écran.

Et avant le repos de la nuit, me rappeler ce que fut cette journée :

 Ferme mes yeux pour revoir tes merveilles
en ce moment que le jour fuit !
Allume dans la nuit une clarté nouvelle.

Que le silence alentour me console
de la faiblesse de ma foi,
puisque j'écoute en moi résonner ta parole !

(Liturgie des heures, Complies du samedi soir)


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Laisser un commentaire et sélectionner un compte ou "Anonyme"